Visite de Futur en seine 2011, en avant première

Cap Digital, le pôle de compétitivité dédié aux contenus et services numériques organise un festival autour du thème de la ville numérique. Nous avons pu accéder à cette visite, située dans le passage de l’innovation (12ème arrondissement), et nous sommes déjà en mesure de vous dévoiler quelques objets numériques tout à fait intéressants !

 

M.A.M.M.I : La Micosoft Surface, à la française

Et oui car c’est Thalès qui est à l’origine de ce projet. La table tactile réagit bien, seul bémol, elle à l’air de chauffer rapidement.

http://www.youtube.com/watch?v=QAwiq5Fz5HQ

CashBack : Les suisses transforment un billet de banque

Le laboratoire de l’École fédérale polytechnique de Lausanne (EPFL) et de l’École cantonale d’art de Lausanne nous présente ici un projet de réalité augmentée à partir d’un billet de banque. Plus impressionnant qu’utile, il est tout à fait amusant de voir comment un bout de papier sorti de notre poche peut être métamorphosé !

youtube http://www.youtube.com/watch?v=pe02TVqbgJc

Merci à Guillaume Devillard pour la capture des vidéos, avec son iPhone 3GS 🙂

La rivalité entre Corgenon et Buellas

Il existe historiquement une vraie rivalité entre la commune de Buellas (Ain) et l’un de ses hameaux, Corgenon. Les habitants de Corgenon, se considérant souvent comme plus urbains et modernes, sont encore nombreux à réclamer leur indépendance. Mais les tensions semblent tout de même s’aténuer avec le temps, au fur et à mesure que la commune grandit.

Un événement historique est tout à fait marquant. Les anciens du village me l’ont souvent relaté mais je ne trouve aucune trace de celui-ci dans Google, ce billet a donc valeur de témoignage : Au XXème siècle, lors d’éléctions nationales et locales, il est arrivé que deux bureaux de votes soient mis en place dans la petite commune de Buellas, un dans le village, et un à Corgenon. Quelle belle illustration de cette rivalité.
Sachez que dans une commune de moins de 2.000 habitants, on  n’avait jamais vu ça auparavant.

Ecriture d'un slam

Oui, ça m’a pris ce matin ! Le sujet est étonnant pour un slam, mais c’est justement parceque la discipline n’impose aucune limite que je me suis permis d’écrire ce texte. La force de ce slam doit se faire dans l’intéprétation, ça ne rend pas forcément grand chose, posé comme ça sur un blog. C’est pour cela que j’ai décidé de présenter cette production à la scène ouverte du cabaret Culture Rapide, certainement la semaine prochaine.

Il était employé, plutôt bien rémunéré, il n’avait pas vraiment forcé mais dans son milieu c’est le parcours classique. Là où s’arrête la scolarité des miséreux, commence le rite académique des paresseux.
Bien naitre n’est pas un tare, bien au contraire, mais n’être pas aux fait de sa situation peut mener a de drôle de contradictions.

 

Toucher le chômage, partir en vacances.

 

Tout le monde le fait parait-il, et toi petit rupin, tu estimes aussi avoir le droit à ta part du gâteau. La société ne t’a pas assez donné et tu veux faire le beau. L’état français ne t’as pas considéré, toi l’écarté des services sociaux : alors il est temps d’en profiter un peu. Va, pars t’amuser, et faute de mieux, reviens nous honnête.

 

Pour lui, l’amour c’est comme une cigarette, ça se prend et puis ça se jette. Pour toi la dignité, c’est comme un mégot, ça se jette.

 

Freebox Connect pour iPad, une application réservée aux clients ADSL ?

Cet application, il faut l’avouer, est assez monstrueuse.  Elle permet de piloter sa Freebox depuis son iPad, d’accéder aux contenus stockés sur le serveur, toussa toussa !

Un seul souci, elle n’est pour l’instant disponible que pour les clients ADSL et non les clients Fibre Optique. Enfin elle ne fonctionne que pour les clients ADSL quoi. C’est regretable étant donné qu’il s’agit peut-être d’un oubli, d’ailleurs je ne sais pas si Free est courant de cette défaillance, d’où ce billet.